Vie de l’Atelier d’Is-sur -Tille en images

Les lundis matin, les jeudis matin, les vendredis après-midi avec ceux qui vont, qui viennent ou reviennent à toutes les séances hebdomadaires ou bien de temps en temps. Lire la suite

« Table Ouverte # 10 » une proposition singulière et collective en même temps

Ce que je défends dans la spécificité de ma pratique est que chacun peut être en « capacité de transformer »,  en lien et singularité.

Ce que j’engage dans mes ateliers ouverts à qui que ce soit,  est une dynamique qui parce qu’il est possible d’investir un espace ,  relance de l’envie de faire qui elle-même relance de l’énergie chez chacun.

Relancer de l’énergie est capital,

en effet:

Tandis que je me fais un retour sur les dix dernières éditions de « table ouverte »,  je me rappelle de ces vécus avant tout comme de  moments à vivre, de temps de fabrications partagées dans l’espace ouvert de l’atelier. Chaque fois, ce qu’il s’y passe en revient à ceux qui sont là, des idées émergent de-ci de-là. Maintenant l’envie de porter à l’extérieur ce qu’il se trame à l’intérieur de ces moments se propage car  les participants occasionnels et cependant fidèles sont en train de penser divers gestes artistiques à installer hors l’atelier sous forme d’une installation collective.  Le titre de « présence d’habitant » donné à ce qui sera réalisé ce jour là, est l’expression traduisant une façon simple de se rendre présent, de marquer une présence d’habitant.

Chaque proposition sera singulière et collective en même temps.

Chaque proposition marquera une présence vivante, développante.

Je ne sais pas comment ces moments pourront contribuer à infléchir les grandes tendances de notre vie en société mais je n’arrive pas à croire que ce qui se vit dans ces espaces là n’auront jamais de conséquences sur la transformation de la société.

En tous cas, je sais déjà que les idées font ricochets car l’étagère à livres prévue comme installation éphémère devant l’atelier ( il s’agit d’un des projets porté par une personne venant aux « tables ouvertes ») et qui sera construite par les participants pour une date précise se créera aussi de manière pérenne dans le village de cette personne contribuant ainsi, peut être, à permettre la création de nouveaux usages dans les modes de vie des gens qui se serviront en livres et ceux qui en rapporteront.

Pourquoi un pont ou une passerelle entre le n°5 et le n°6 ?

J’ai eu à cœur de soutenir la création d’une passerelle en bambou à construire avec mes voisins ou/et avec ceux de passage, car je soutiens avec ténacité l’idée qu’il est important de penser qu’on est « capable de ».

Cette expérience locale datant de mai 2011 m’a appris que chacun peut contribuer selon diverses formes de présence et de temps à l’émergence d’une idée séduisante telle que rêver monter une passerelle à 5m de haut, nous reliant d’un côté à l’autre de la rue, que chacun peut contribuer à sa concrétisation et enfin vivre un repas partagé dans la rue.

Lire la suite

« table ouverte »

Après 25 ans de création artistique, d’intérêt pour le processus de création, d’accompagnement individuel et d’animation d’atelier, je ressens comme un nécessaire en soi, l’échange, l’envie de faire ensemble favorisant une société habitée.

Dans cet esprit, des « tables ouvertes » sont organisées dans l’atelier et ce qu’il s’y passe est inventé par ceux qui viennent. Manger ensemble, se rencontrer en sont le socle. Un geste artistique qui s’envisage par l’existence d’une présence d’artiste qui l’initie. La performance se déroule dans mon espace de création et ce sont les participants qui donnent forme au vécu. Lire la suite

« Table ouverte », faire de la plasticité un verbe

« table ouverte #7 »

Une vidéo à regarder!! cliquez dessous sur Road-movie

Table Ouverte #7 – Road-movie

La septième “table ouverte” s’est tenue les mardi 13 et mercredi 14 décembre 2011. Ceux qui sont venus ont fabriqué, inventé, cuisiné, imaginé, partagé, dessiné, déclamé, mangé, planté, chanté, collé etc.

Bernard se promet de revenir pour faire un saladier, plutôt une bassine, mieux une cuve de colle avec des kilos de farine et plein de sucre